Les rares laques que l’on admire
Dans les flaques ;
Eau tendre de tes yeux où brille la joie,
Où la larme perle sur l’ivoire de ta joue
Et roule sur ta gorge.
Barbouilles gris rose des nuages
À l’horizon des soirs qui s’éteignent
À l’australe latitude.
Nuits merveilleuses où s’allume la Croix.

Dans le jardin où flottent
Des odeurs suaves et poivrées,
La rose rouge brille sous la Lune ;
Et tu dors les cheveux emmêlés
Dans la chambre tiède
Où s’exhalent tes rêves.

error: Content is protected !!