Textes

Le Hasard

By 25 janvier 2021 janvier 31st, 2021 No Comments

Le Hasard étant conceptuel, prenons les  choses par leur début, l’être humain est né de la rencontre d’un spermatozoïde, le plus rapide de son troupeau, avec une ovule de sa compagne.  Et pour l’Être,  les aléas vont s’enchaîner dans son temps d’existence au travers d’un Bonheur recherché ! Mais les instants heureux ne font pas le Bonheur.

Parler du Hasard au hasard du discours est quelque chose d’aléatoire car rien n’est logique, ne serait-ce que dans la formulation du mot.

Il est bien des circonstances où nous maudissons le Hasard qui rend malheureux ; l’imprévu nous tombe sur la tête.

Tout ce qui est incontrôlé peut être dû au Hasard ; le hasard fait bien les choses ou fait beaucoup de mal. Paradoxalement, il y a ceux qui s’appuient sur le Hasard pour démontrer qu’il n’y a pas de hasard dans le fait d’une rencontre ou de tout autre fait concordant ; ils se trompent  car ils introduisent une notion de logique a posteriori dans l’impondérable.

Donc la part d’imprévu doit être prise en compte lors d’un événement ou d’une quelconque découverte. Une roue de secours est à prévoir, etc.

Le fait d’exister est le fruit d’un heureux ou d’un malheureux Hasard ; tous nos projets, nos vouloirs, échafaudés dans le temps antérieur ou mis en pratique à l’instant peuvent être soumis à l’aléatoire, à la chance ou à la malchance.

  

Rien ne résiste à la Fatalité ; comme la Connaissance cède devant la Praxis.

Pour donner un corps au Hasard on a recours aux croyances ; rien ne doit rester inexpliqué ; l’ultime refuge est Dieu : ce mot sacré qui est devenu Entité par la force de persuasion des tenants des rituels anciens.  On se refuse à la Matière que l’on est et que l’on côtoie, dans laquelle nous sommes parfois immergés. La pensée produit l’Esprit qui flotte comme un bouchon sur l’eau ; l’Esprit navigue à l’infini lorsque les relais sont établis.

Une cassure, une interruption, un manque  dans  une construction de tout type, dans un processus peut être le fait du Hasard.  En réalité le Hasard confirme notre ignorance  quand s’ouvre l’aventure devant nous.

Le rêve de l’homme est d’aller au centre du Hasard. C’est la récurrence des mythes attachés au Labyrinthe qui le pousse à explorer l’inexplorable. Au centre des choses et des concepts résident tous les mystères ; le centre est à la fois immobilité et point de rayonnement. Sa quête perpétuelle est la recherche du Soi ; son individu en mouvance, en oscillations, en transformations constantes. Comment, alors, conquérir l’ataraxie dans cette agitation permanente ; la course interrompue, la pause fugace, et, cette envie pressante de reprendre le chemin. Tant que l’être existe rien ne s’arrête, et, l’Histoire l’emporte dans le flot du Hasard.

Enregistrement : La cause et l’effet à propos du hasard ; le hasard désigne l’effet prévu et non voulu  d’une action, rien n’est clos, projets imprévisibles des autres, hasard irréductible. La cause et l’effet : l’imprévu, l’événement fortuit des petits mondes de l’univers interférés ; aucune objectivité, ni de subjectivité ; l’aléatoire. Calculer c’est s’éloigner du hasard. La panne n’est pas due au hasard mais à un ensemble d’actions concourantes et discordantes ; des découvertes scientifiques dues au hasard. Le Hasard serait la grande énigme de l’humanité pensante. Aucune nécessité naît dans le hasard. Par contre il y a des hasards heureux ou malheureux dus à des événements soudains. La Chance est toujours liée à une réussite, à un sauvetage, à un gain et en définitive au Bonheur.

Nous voyons que le hasard ne supporte aucune explication, mais quand l’événement arrive certains l’interprètent comme une coïncidence inéluctable ; tout semblerait obéir pour chaque être humain et pour la Nature entière à quelque chose d’écrit à l’avance, quelque chose de prédestiné, comme disent les arabes : Mektoub ! (c’est écrit). Et pourtant l’Homme veut être maître de son Destin par la Prédétermination ; son imagination, sa puissance à élaborer des concepts qu’il réalise par son pragmatisme serait une démarche parallèle ou parfois un maillage d’avec son Destin. Une lutte, un combat de tous les instants sont menés par celui qui pense, réfléchit et construit pour contrecarrer et infléchir, changer éventuellement ce destin qu’il subodore par son intelligence et qu’il souhaite autre. Il se forge des outils et utilise des moyens au fil des changements de société et des progrès de la Technique, ce qui lui permet, parfois, de créer des interférences pouvant modifier son destin. Mais le Hasard rattrape toujours l’Humain et le surprend dans son existence pour son malheur ou son bonheur.

La préoccupation finale de l’Humain lambda trop rationnel serait dans le Futur d’annihiler le Hasard, alors que le chercheur parallèlement attelé  à son travail de spécialiste compte aussi sur la part de hasard dans la quête de son étude ou de sa découverte.

(Ce n’est pas fini)

La prévisibilité

NB. Élever une statue au Hasard revient à faire une construction virtuelle

error: Content is protected !!