Textes

Le Meurtre Végétal

By 25 janvier 2021 janvier 27th, 2021 No Comments

J’ai assisté à l’assassinat  de ces plantes fleurs par celles de leur famille. Le règne ne se partage pas sans combat dans le végétal. L’ombre de la plante semble tuer l’autre plante qui pousse à ses pieds, alors que d’autres prospèrent cachées dans l’herbe protectrice. Et, le Soleil est Dieu !

Nulle part dans la Nature se trouve la Paix comme la conçoit l’être humain, qui lui aussi est sorti victorieux d’un ancestral combat ; mais il affronte depuis des combats en tout genre pour sa survie. La lutte pour la survie de l’espèce est latente au plus profond de ses mécanismes ; il lui faut en priorité boire et manger aux mamelles de la Terre ; la Mère de toute création.

La plante vénéneuse tue l’imprudent qui l’ingère ; la fleur dévoreuse d’insectes attend patiemment sa proie. Chaque plante prospère à sa manière, elle s’élève ou rampe sur le sol. Il y a les éphémères et celles dont la rusticité les fait durer dans le temps. Ainsi l’herbe en général, quelle soit sauvage ou domestiquée envahie les espaces et submerge les plants isolés comme une mer jetant ses vagues  vertes à l’assaut des terres. 

Le meurtre est prémédité dans le Végétal. La justice des hommes n’a rien à voir dans ce monde qu’il comprend à peine et dont les interprètes sont rares. L’Homme range, dérange ce monde végétal sans tenir compte de sa place et de sa représentation sur la planète Terre. Pourquoi le ménager puisqu’il ne peut se défendre et qu’il est inférieur à son espèce, comme d’ailleurs le monde animal. L’Homme est le maître et tous les règnes doivent se soumettre à lui. Quand l’Homme abandonne un endroit, le laisse en friche, le Végétal prospère et détruit ce que l’Homme a construit ; il n’y a que le sable stérile qui le rebute, ainsi perdurent les constructions d’Égypte sous le soleil ardent du désert.

Le végétal fascine par sa beauté. L’homme mange sans limitation la verdure comestible, la domestique et s’en sert comme parure.

error: Content is protected !!