Sur la soie de la joue du matin, je passe mes doigts
Et mon œil s’éveille aux verts ébouriffés,
Encore endormis au creux des ravines.
Un bleu pâle, profond, frémit le long des palmes sombres
Un baiser rose parcourt l’horizon et se fond sur l’océan.
Mon rêve flotte doucement dans la lumière comme une fumée
Ténue aspirée vers les hauts violets.

Belle île dont je bois l’eau fraîche au creux de ma main,
Encore parfumée du jasmin de la nuit.
Fleur du frangipanier aux pétales de douce porcelaine
Qui caresse ma narine…
Et je ferme les yeux aux senteurs qui changent et se mêlent,
Quand un léger souffle effleure ces vénus étoilées.

error: Content is protected !!