Textes

Rêve d’infini

By 4 janvier 2021 janvier 27th, 2021 No Comments

Je rêve d’infini mais mon rêve s’achève dans le jour qui se lève.
Mon œil béant prend le Monde ouvert comme une coupe où l’on boit sa destinée.
Tout bat et les bruits forts de la Vie dans cette Nature mêlent leurs rythmes aux sèves montantes qui font s’épanouir les feuilles et les fleurs aux plantes, aux arbres, à l’autre Monde où l’Être se fraie un chemin sur lequel s’accomplit son existence.
Le chemin semble long et pourtant l’existence de l’être est infime dans cet Espace sans limite où voguent des Galaxies incommensurables dépassant la pensée du petit homme qui croit et espère enfermer l’Univers dans ses sens si chétifs.
La borne est si prés de lui qu’il ne la voit pas.

L’homme a coulé doucement de son passé qui s’efface par lambeaux, en laissant quelques traces dans sa mémoire.
Son rêve se brise chaque matin sur les murs de son réveil ; il courbe le dos à l’adversité née du Hasard. Ses joies sont brèves, éphémères ; il cherche sans cesse à reconstruire un Bonheur vécu autrefois ; Ah ! Oui, cette jeunesse où éclatait parfois une fleur de feu.
Maintenant le présent l’enserre comme une pieuvre qui ne lâche pas prise et le quotidien répétitif l’angoisse.
Le Futur qu’il croyait l’accomplissement de la Merveille n’est que vieillissement.

Je rêve encore, alors que mes forces déclinent ; c’est peut être cela l’aspiration de l’être humain d’espérer à chaque seconde un nouveau souffle pour vivre. Ah ! L’Espérance, quel mot consolateur ; un concept gratuit qui peut faire encore avancer la Volonté.

La seule voie, en perspective, est d’aller réintégrer le néant où nous n’étions pas encore né. A quoi bon de laisser par orgueil une trace sur cette planète Terre. Nous avons respiré cet air complexe toute notre existence, à un rythme lent ou rapide, pour nous remplir de vie, et, nous avons douté de l’utilité de l’Humain dans le contexte cosmique.

error: Content is protected !!